La liste des groupes du défilé carnavalesque, un enjeu politique

January 31, 2013
By `
Le Nouvelliste | Publié le : 2013-01-30
Frantz Duval
Gilbert Bailly, président du comité national du carnaval, Kesnel Pierre, directeur départemental du Nord de la PNH et Nonce Zéphyr, président du comité carnaval du Cap-Haïtien
Gilbert Bailly, président du comité national du carnaval, Kesnel Pierre, directeur départemental du Nord de la PNH et Nonce Zéphyr, président du comité carnaval du Cap-Haïtien
Jean-Marc Hervé Abelard
A dix jours de la tenue du carnaval 2013 au Cap-Haïtien, la liste officielle des groupes musicaux qui seront habilités à prendre part au cortège motorisé n’est toujours pas divulguée. La constitution définitive de cette liste est un privilège du président de la République et, dans une moindre mesure, du comité d’organisation du carnaval. Derrière la participation de chaque groupe se joue tout un arbitrage politique. Le défilé est constitué d’une année à l’autre, d’un savant dosage des ennemis, des enquiquineurs et des bambocheurs. Si le sort de certains groupes semble décidé à l’avance, chaque année, certains se démarquent et s’imposent grâce à la popularité de leur meringue. Pour 2013, quatre groupes ayant des meringues carnavalesques de bonne tenue et, pour la majorité, une expérience avérée dans l’animation sur le parcours carnavalesque ne sont toujours pas fixés sur leur sort. Nou Krezi, un des ténors de la tendance compas; Ram, le groupe du musicien Richard Morse: Boukman Ekperyans, qui popularise la musique racine depuis les années 80, et Zatrap, un très jeune groupe qui s’est fait remarquer par son mélange des genres traditionnels de la musique haïtienne avec le rap; ne savent toujours pas s’ils seront retenus par le comité du carnaval pour prendre part au défilé sur un char sonorisé. Une telle incertitude empêche aux orchestres de chercher des sponsors, d’investir dans un vidéoclip, de se préparer pour le plus grand show de l’année qui est la participation au carnaval. Pas de carnaval ou un échec sur le parcours par manque de préparation se traduit par des mois de vaches maigres assurés. Souvent le retard mis par l’État pour confirmer la présence de certains participants est vécu par les musiciens comme une punition. Un rappel à l’ordre Où en est la liste? Intervenant mercredi sur les ondes de Magik 9 (100.9 FM), une station de radio de la capitale, Gilbert Bailly, président du comité du carnaval national a confirmé la participation de quatorze groupes sur les quinze initialement annoncés qui composeront le cortège musical du carnaval les 10, 11 et 12 février dans les rues de la deuxième ville du pays. « Pour le moment, je peux confirmer que les groupes suivants : T-Vice, Djakout # 1, Barikad Crew, Team Lobèy, Rockfam, Koudjay, Carimi, Vwadezil, Kreyòl La, T-Micky, Brothers Posse, et trois groupes originaires du Cap-Haïtien – Tropicana, Septentrional, Ambyans – feront partie du cortège. Cela fait quatorze groupes musicaux, il en reste un qui sera annoncé plus tard », selon Bailly. Interrogé pour savoir qui sera le quinzième groupe ou s’il y aura plus de quinze orchestres à prendre part au parcours,le président du comité a laconiquement répondu: « Cela ne dépend pas de moi », sans préciser de qui relève cette prérogative. Gilbert Bailly a aussi avoué sur les ondes de Magik 9 qu’il est assis « sur une chaise chaude », en référence aux pressions de toutes sortes que subit le comité d’organisation du carnaval. La ministre de la Culture, Josette Darguste, ordonateur des dépenses, a poliment évité de répondre à une question sur la composition de la liste. La ministre était au Cap, en tournée préparatoire du Carnaval. Qui seront les absents ? L’intervention de Gilbert Bailly a aussi permis d’éteindre une polémique qui enflait après que des rumeurs laissaient croire que le groupe Brother’s Posse avait perdu sa place dans la liste. Bailly a rassuré le maestro du groupe et les fans de cet orchestre : « oui, Brother’s Posse aura un char ». Le groupe de Don kato fait partie des orchestres très critiques envers le pouvoir en place cette année, comme l’an passé, où il avait été repêché in extremis. Sa méringue 2013 intitulée « Aloral » souligne que le gouvernement Martelly-Lamothe (sans le citer nommément) n’arrive pas à faire “atterrir” ses nombreuses promesses. Tout reste au stade oral, selon le texte de la chanson. Parmi les absents de marque de la liste des retenus il y a aussi Boukman Eksperyans avec sa méringue PioutPiout, et Ram avec Men bwa a. Kampèch, avec M p ap ka Matell (un jeu de mots qui signifie « je ne saurais être pour Martelly »), ne fait pas non plus partie des groupes qui participeront au défilé carnavalesque 2013 au Cap-Haïtien, sauf improbable miracle de dernière minute. Depuis des années, le carnaval est devenu un espace de revendications politiques et les gouvernements en profitent pour serrer la vis aux artistes qui la critique ou qui soulignent ses travers. Plus de six cents méringues carnavalesques sont produites pour l’occasion et rarement une vingtaine de groupes participent au défilé. Si dès les premiers jours de janvier les grands ténors de la musique haïtienne ont été discrètement avertis qu’ils sont retenus, les anciens amis du pouvoir, les artistes en rébellion et ceux qui ne peuvent compter que sur une belle composition carnavalesque attendent encore un appel libérateur.
Frantz Duval

Comments are closed.