28 Mars 2014: Assassinat de Mireille Durocher Bertin, Dix Neuf Ans Apres par Stanley Lucas

March 29, 2014
By `
“Ignorer les crimes, renoncer à la justice ou tolérer l’intolérable c’est renier la démocratie, c’est la réduire à un simulacre.”
Le 28 Mars 1994 Mireille Durocher Bertin etait assassine par des officiels et des sbires au service du gouvernement Haitien. Selon les informations qui circulent les ordres pour l’execution de Me. Bertin venait directement du President constitutionnel de la republique Jean Bertrand Aristide. C’etait une execution brutale. Cette avocate mere de 4 enfants en bas age fut tuee par quinze balles. Eugene Junior Ballairgeau qui etait aussi dans le vehicle crible de balles perdait aussi la vie.
Mireille Durocher etait un avocat brillant et une militante politique tres active. Patriote, elle luttait pour le respect des lois de la republique et de la constitution d’Haiti. En 1994, Mireille Durocher Bertin publiquement plaidait pour le respect de la souverainete nationale violee par le debarquement des militaires americains et  la CIA pour reinstaller au pouvoir Jean Betrand Aristide. Bertin a demande aux instances de notre republique et particulierement au President constitutionnel de la republique Jean Bertrand Aristide de lui expliquer les references constitutionnelles qui lui ont permis de solliciter officiellement l’intervention de la CIA et des militaires des Etats Unis pour le reinstaller au pouvoir en Haiti?
Aristide savait a l’avance que les demarches de Mireille Durocher Bertin sur l’illegalite de sa demande officielle d’intervention militaire de 1994 ainsi que sa demande d’imposition d’un embargo economique sur le pays seraient condamnes par devant les tribunaux Haitiens comme des actes inconstitutionnels et illegaux.  Aristide risquait d’etre convoque par devant la Haute Cour de Justice pour être juge pour trahison et crimes contre l’humanite pour les enfants, femmes et citoyens tues par l’embargo économique. Un risque qu’il n’etait pas pret a prendre.
C’est dans ce contexte que le complot pour l’assassinat de Mireille Durocher Bertin prit naissance au palais national. Aristide voulait fermer definitivement la bouche de Mireille Durocher Bertin et bloquer toute possibilite de debat public et legal sur la question qui risquaient de provoquer le lancement d’une  procedure judiciaire contre lui, le President de la république. Le complot pour la tuer fut orchestre au Palais National. La responsabilite pour exécuter le plan fut delegue au Ministre de l’Interieur, Mondesir Beaubrun.  L’enquete du FBI publier plus tard sur l’internet révélera que le ministre de l’interieur Beaubrun, le coordonnateur de l’assassinat de madame Bertin, suivait a la lettre les instructions données par Jean Bertrand Aristide. L’execution de Bertin provoqua un scandale et une revolte.
Suite a l’enquête du FBI, a cause de l’implication directe dans l’assassinat de Bertin, le Ministre Mondesir Beaubrun fut mis de cote pour la visite officielle du President Clinton sur demande de l’administration americaine. L’enquete sur l’assassinat identifia les freres Eddy et Patrick Moise comme les tueurs employés par le ministere de l’Interieur pour exécuter Mireille Durocher Bertin. Les armes utilisees par les freres Moise ont ete enregistrées et fournies par le ministère de l’Intérieur ainsi qu’un véhicule tout Izuzu Trooper de couleur grise. Les freres Moise avaient aussi en leur possession des cartes d’identification du Ministere de l”Interieur. Pour plus de details sur l’enquete du FBI klike la: http://www.haitiwebs.com/showthread.php?t=51970 Cette decouverte des enqueteurs sur l’implication des freres Moise dans l’assassinat de Bertin suscita des inquietudes au palais. Il fut decide au Palais National d’executer immediatement les deux freres Moise pour eviter qu’ils parlent devant un tribunal.
L’execution des freres Moise aura lieu a Leoagne. Ils furent assassines dans leur sommeil a 5:00 am par le regime alors qu’ils etaient dans leur sommeil, selon les témoignages de policiers de la Swatt team. Le trio tout puissant qui controlait la police a l’epoque coordonnait l’execution. Les instructions donnees pour cette operation de la SWATT team, ne ramenez pas les freres Moise vivants!
Le ministre de la justice en poste Jean Joseph Exume qui etait l’un des conseillers privilegies d’Aristide en sait long sur cette affaire. Aucune question d’aucune institution, ni de la presse. Il n’a jamais rien dit et il fait toujours semblant. Il veut oublier ou peut etre a-t-il peur de parler pour ne pas connaitre le sort de Venel Joseph?
Dix huit ans apres aucune enquête, aucune condamnation, qucune question, aucune réponse et aucune procédure judiciaire. La grande question, pourquoi, restee sur les lèvres est relancee par Anne-Rose Schoen:. Cette année je reprendrai les onze questions d’Anne-Rose Schoen:
  1. En effet, Maitre Mireille Durocher Bertin, personnage public, était encouragée dans ces prises de position par plusieurs secteurs de la société haïtienne. Cependant ces mêmes entités n’ont pas jugées bon de condamner sa mort. Je me demande : POURQUOI ?
  2. Maitre Mireille Durocher Bertin, femme, épouse et mère de 4 enfants, n’a pas non plus bénéficiée de la condamnation de son assassinat par les multiples associations féminines, qui militent sur le terrain et dont elle a été la fondatrice d’au moins une. Ces organisations des femmes vaillantes, ces « poto mitan » de la société sont restées muettes jusqu’à aujourd’hui? Je me demande : POURQUOI ?
  3. Maitre Mireille Durocher Bertin, de son vivant, travaillait souvent gratuitement pour les associations de marchandes, leur expliquant leurs droits et devoirs et défendant certaines gratuitement au Parquet de Port-au-Prince. Pourtant, aucune association ou fédération du secteur informel n’a élevé la voix pour condamner ce crime crapuleux. Je me demande : POURQUOI ?
  4. Maitre Mireille Durocher Bertin défendait passionnément les droits de l’enfant, s’opposant contre le fléau du système restavec, contre les abus dans les procédures anarchiques d’adoption en Haïti et contre le trafic de ce que nous appelons aujourd’hui communément l’Esclavage Moderne. Bizarrement, aucune association de droit de l’homme, de la femme ou de l’enfant n’a jugé bon, même 18 années après, de condamner ce qui est arrivé. Je me demande : POURQUOI ?
  5. Maitre Mireille Durocher Bertin, avocat, membre du Barreau de l`Ordre des Avocats de Port-au-Prince, a été assassinée avec son client en plein exercice de ses fonctions, jusqu’à date, le Barreau est resté silencieux…Je me demande : POURQUOI ?
  6. La société civile, ainsi que ses associations qui œuvrent pour l’installation de la démocratie, pour un progrès socio-économique et pour un état de droit pour tous et toutes en Haïti, n’a pas non plus montré son désaccord par rapport à cette disparition subite et terrible d’une force vive et engagée de son propre milieu. Je me demande : POURQUOI ?
  7. Les associations patronales, qui comptaient et qui comptent toujours parmi elles beaucoup de clients de Maitre Durocher Bertin, ont préféré de mettre leurs têtes dans le sable ou imiter la fameuse sculpture des trois singes qui ne voient rien … n’entendent rien… ne disent rien…Je me demande : POURQUOI?
  8. Une organisation internationale de défense des droits de l’homme me déclarait par la suite et durant une conversation téléphonique en décembre 1995, qu’elle ne comptait pas défendre le cas d’un des amis de Mireille incarcéré illégalement, car il avait et je cite « politiquement la mauvaise couleur » et qu’elle ne pouvait pas se permettre en 1995 de défendre le cas d’un mulâtre en Haïti…Je me demande : POURQUOI ?
  9. Partout ou le nom de Maitre Mireille Durocher Bertin surgit, les intervenants utilisent l’exemple à leurs propres fins ou tournent tout simplement le dos, en déclarant qu’elle aurait dû s’arrêter … se taire, quand elle en avait encore le temps. Je me demande : POURQUOI ?
  10. Personne ne s’est mis à manifester au grand jour en criant « plus jamais » – comme cela a été le cas pour tant d’autres victimes d’un crime violent.Je me demande : POURQUOI ?
  11. Nous sommes restés muets et nous restons toujours muets, prétendant que cet assassinat n’a jamais eu lieu ou qu’il fait partie de la chronique des faits divers. Je me demande : POURQUOI ?
Anne-Rose Schoen ajoutes: “Ce sont là mes réflexions personnelles sur une situation qui perdurent depuis trop longtemps … 18 longues années, et qui devrait, à mon sens, révolter la conscience de plus d’un. Quelle organisation, institution, association, fédération privée ou publique condamnera finalement l’assassinat de cet être humain, commis il y a 18 années déjà ? Lui rendant ce minimum de respect dont toute personne devrait bénéficier de nos jours ? Tous les crimes se doivent d’être condamnés, y compris celui de Mireille et celui-ci ne l’a toujours pas été… Je me demande : POURQUOI ? Quelqu’un pourra-t-il un jour me répondre … ? POURQUOI ?”
Mireille Durocher Bertin, Brignol Lindor, Pasteur Antoine Leroy, Jacques Fleurival, Jacques Roche, Senateur Yvon Toussaint, Michel Gonzalez, le General Mayard, Jean Dominique, le Pere ti Jean et tant d’autres mentionnes dans la lettre du Senateur Irvelt Chery, klike la: http://www.haitian-truth.org/liste-partielle-des-victimes-et-magouilles-du-lavalas/ font partie d’une longue liste de citoyens executes par lavalas pour des raisons politiques. Leurs familles souhaitent des actions de la  justice mais elles ne font rien parce qu’elles sont menacees et ces familles ont peur. Les bourreaux sont toujours puissants, ils continuent de defier les autorites judiciaires, de marcher et de cracher sur les victimes. Recemment constatez avec quelle facilite ces bourreaux ont tue devant sa residence l’ancien gouverneur de la Baque Centrale Venel Joseph qui voulait temoigner devant un tribunal des Etats Unis sur la corruption de l’epoque dans l’administration publique d’Haiti!
Que faire? Pour qu’il y ait justice nous devons conforter et sécuriser les familles victimes et les témoins. Nous devons travailler a la reforme de la justice pour que l’egalite des citoyens devant la loi devienne une realite. Nous devons nous battre pour traduire les bourreaux, sans abus, devant la justice. Mireille Durocher Bertin que la terre te soit legere!

One Response to “ 28 Mars 2014: Assassinat de Mireille Durocher Bertin, Dix Neuf Ans Apres par Stanley Lucas ”

  1. JACK PETERS on March 29, 2014 at

    Let’s see Jean Bertrand Aristide called to the Parquet to answer questions on the assassination of Mireille. We must also call Rene Preval and a host of others, originally targeted by the FBI in their investigation, an investigation blocked by Aristide.

    Some of Mireille’s murderers are still walking our streets free.

    Pierre Lubin was in the process of selling his testimony against his co-conspirators in exchange for a Green Card, a house in Miami and a pension. The FBI files reflect this and their frustration at President Aristide’s broken promise to support a proper investigation.

    Bill Clinton protected Aristide, and his team of criminals.