Simon Desras faux sénateur devenu laid à la recherche de la présidence

February 12, 2015
By `
Simon Desras rêve de coup d’état pour être le Président Provisoire de facto d’Haiti. Son rêve s’est termine en cauchemar le deuxième Lundi de Janvier 2015 quand le mandat des députés et de dix autres sénateurs, dont lui-même, rendant le parlement dysfonctionnel.  Mais l’homme est déterminé. Il veut marcher sur les lois de la république, la constitution, les citoyens et ce qui reste des institutions pour imposer sa volonté. Il déclare haut et fort à qui veut l’entendre « je suis toujours sénateur ».

Le rusé ira chercher un juge qu’il a paye et promis la présidence du CPSJ en échange d’un jugement en sa faveur. Desras n’est pas à son premier coup dans ce jeu de prolongation de mandat. La première fois c’était le 7 Mai 2012. Simon Desras avait propose la prolongation de mandat des dix sénateurs de deux ans dont le mandat arrivait à terme le 8 Mai 2012. La conférence des présidents du sénat et les sénateurs sortants avaient rejeté la proposition du sénateur Desras la jugeant illégale et inconstitutionnelle. Voir le texte d’Haïti Libre de 2012 pour confirmer : http://www.haitilibre.com/article-5590-haiti-politique-pas-de-prolongation-des-mandats-des-senateurs-sortants.html

Le 9 Octobre 2014 le Sénateur Simon Desras avait confie a Yvince Hilaire du Nouvelliste que son mandat prenait fin en Janvier 2015. Consultez le lien :
http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/136831/Le-senateur-Desras-plaide-pour-le-maintien-en-poste-des-elus.html Alors pourquoi cette nouvelle laideur ou Desras essaie d’imposer sa personne comme sénateur de facto ? Il essaie d’imiter ceux qui ont pille l’état sous Aristide. Les rapports de la Commission Administrative et de l’UCREF avec les copies des chèques, les numéros des comptes en banque, transferts et autres documents ont démontré  le pillage de l’état par Jean Bertrand Aristide et ses allies.

Voir un des rapports sur la corruption d’Aristide a travers ce lien : http://www.slideshare.net/GerardPradel/rapport-officiel-dhaiti-sur-la-corruption-de-jean-bertrand-aristide Il fallait donc tout faire pour éviter un jugement des voleurs. Dans la confusion politique de l’époque les corrompus Lavalas ont acheté un juge qui leur a sorti un jugement fabrique pour essayer de prévenir des poursuites judiciaires. Quand en 2014 le juge Lamarre Belizaire voulut juger les corrompus qui ont pille l’état, ils ont essaye de se servir du jugement acheté. Mais le juge Belizaire n’a pas prit en compte ce montage.  Les corrompus Lavalas avec l’aide de trois journalistes et leurs lobbyistes à l’étranger ont essaye de crucifier Lamarre Belizaire pour bloquer l’instruction. C’est ce que Desras  et le groupe de bourdon essaient de reproduire pour réaliser le coup d’état contre Martelly pour s’accaparer de la presidence provisoire de facto. Desras doit être au sénat pour finaliser leur coup d’état. Le groupe de bourdon s’est rendu compte que si Martelly est victime d’un coup d’état Evans Paul partira aussi et le Président provisoire sera Andris Riche. Le groupe de bourdon ne veut pas que ce soit Andris, il n’est pas un homme qui prendra des ordres.

En plus il faut une accointance au palais pour le nouveau coup d’état électoral parce qu’ils se rendent compte que le président du CEP ne pourra pas délivré comme en Novembre 2010 et le directeur général prévu au CEP ne pourras pas être installe. Tout le monde le connaît et sa mission. Qui va corriger cette initiative nauséabonde de Desras ?Simon Desras faux sénateur devenu laid à la recherche de la présidence

Tags: , ,

2 Responses to “ Simon Desras faux sénateur devenu laid à la recherche de la présidence ”

  1. JACK PETERS on February 12, 2015 at

    The Senator is a rabid actor in the Aristide drama and is doing his best to give Aristide control, yet again. Aristide does not need to be President. He need only pull the strings of the person selected.

    Desras sees himself as such a person.

    A kidnapper, drug dealer, thief – he fits the idea requirements for a Lavalas president.

  2. Mirasol on February 13, 2015 at

    Sadly I don’t think this Lavalas wave can be stopped; the subtle “necklacing” message on February 6th, in PAP, and the ransacking of the Convent in Saint Raphael last week, where 5 men kicked and beat two nuns who were in their 70′s, were messages to the opposition, particularly to the Catholic Church, to stand “down”. I think for safety sake, the Catholic Community will have no choice but to do what is necessary to keep its clergy and parishes safe. We have not heard anything from Cardinal Chiblois since the Montana Meetings regarding any role the Church will take to assure Haiti stays the course in the democratic processes. When a trustworthy neutral party like the Church steps aside here, the end result will not be good.

    An ill wind is blowing in; ce est le vent, il ne peut pas etre arrete’.