Sécurité : L’ex-Colonel Himmler Rébu parle d’un État Major fantôme

March 29, 2012
By `

Haïti – Sécurité : L’ex-Colonel Himmler Rébu parle d’un État Major fantôme…
29/03/2012 11:27:55

Face à la situation que confronte le Gouvernement suite à l’occupation d’anciennes bases des FAd’H, par des hommes en treillis et armé se disant ex-militaires démobilisés, l’ex-Colonel Himmler Rébu, Dirigeant du Grand Rassemblement pour l’Evolution d’Haïti (GREH) a déclaré «… En tant qu’ex-Colonel de l’Armée d’Haïti qui a toujours été contre tout désordre, intellectuels, politique ou tactique sur le terrain, je le dis de manière claire et nette, ce qui ce passe là, est un désordre inacceptable [...] nous disons au Président Michel Joseph Martelly qu’il est aujourd’hui le Chef de l’État [...] il y a un désordre et il ne peut pas prétendre ne pas savoir que les hommes sont armés, il ne peut pas nous dire aujourd’hui qu’il ne sait pas comment ils se sont armés, car cela le rendrait encore plus irresponsable. Il faut qu’il résolve ce dossier avec ces hommes et nous sommes en position d’attente… le premier haïtien, dont le sang sera versé par une action de force décidé par les actuels dirigeants, nous entrainera dans une situation de désordre global [...]

Très certainement qu’il y a un État Major Fantôme qui a décidé du plan logistique, de l’approvisionnement de ces hommes, en armes, en équipements, en uniformes et en nourriture. Il y a très certainement un État Major Fantôme et nous voulons sortir de cette clandestinité étatique.

Il faut que l’armée soit une force nationale régulière, selon les normes prescrites par la Constitution et en dehors de la volonté d’un homme ou d’un groupe d’hommes, qui aujourd’hui n’ont plus que la possibilité de reconnaitre qu’ils se sont trompé et ont le devoir de faire leur « mea culpa » pour qu’ils ne soient pas eux-même entrainé dans la vague qui s’annonce [...] ces hommes représentent un symbole, leur lutte ne présume nullement qu’ils seront demain des membres des Forces Armée d’Haïti, mais le sens de leur actions nous rappelle à nous tous, que nous avons le devoir de bouter hors des champs de la Patrie haïtienne, ceux là qui font aujourd’hui le commerce de l’insécurité, le commerce des fausses élections depuis plus de 25 ans, depuis que le Président Jean-Claude Duvalier a laissé le pouvoir [...]

La Nation haïtienne est prise au piège d’un commerce international de l’instabilité politique et de l’insécurité interne afin que des soldats latino-américain puissent se pavaner avec les armes à la main [sur le territoire haïtien] à un coût de près d’1.5 million de dollars par jour, au prix de la misère et de l’indignité dans laquelle nous avons tous plongé… »

En marge d’une conférence débat des partis politiques, Mirlande Manigat sur le sujet de l’occupation des ex-bases des FAd’H doute qu’il ne s’agissent que d’ex-militaires démobilisés et elle qualifie la non intervention de la Police Nationale d’Haïti de dysfonctionnement de l’État «…vous dites qu’il y a des militaires démobilisé… Premièrement, je ne suis pas sûre que ce sont seulement des militaires démobilisés qui sont là aujourd’hui. Deuxièmement, ils sont armés, des uniformes neuf, bottes neuves, des armes neuves ont peut se poser la question de savoir qui est derrière eux ? Maintenant il y a un autre problème qui se présente, celui de la défiance à l’autorité de l’État. Si un Ministre donne l’ordre de les déloger et que la police dit qu’elle n’ira pas, parce que ce n’est pas son rôle et qu’elle n’a pas les moyens pour le faire… c’est un grave problème de dysfonctionnement de l’État…»

2 Responses to “ Sécurité : L’ex-Colonel Himmler Rébu parle d’un État Major fantôme ”

  1. ALAPASAJ on April 1, 2012 at

    Poukisa tout poze kesyon sa yo? Poukisa nou pa pote kole avek Ayisyen vanyan sa yo ki vle reprann peyi bak? Nou di ke nou se nasyonalis, epi nou ta renmen ke fos milite etranje yo ki deja, pa lantremiz vande nasyon yo, debake nan peyi a brid sou kou, pou lave move lajan, pou tabli gang pou fe kidnaping, pou vyole ni fanm ni gason, epi nou pito ap pale tenten, komkwa, pou Minustah ta louvri zam sou yo.

    T

  2. ALAPASAJ on April 1, 2012 at

    Se Bondye ki fe ke youn nan nou pat rive prezidan.Se la pou nou we kouman ke lide politik ann Ayiti led.Yo tout se menm avek Aristide e ko.Yo tout ap veye kile pou yo pran pouvwa a, pou yo kapab tabli komes vann peyi a, ni angwo, ni an detay.

    Se pou tout peyizan tankou moun lavil pote kole avek milite yo, pou yo mache antre nan taba pou ale mete katye jeneral lame a nan fondasyon Aristide la, epi pou yo loje sek dezofisye yo nan kay Aristide la, ki jodi a pa pwopriyete Jean bertrand Aristide anko, paske, pandan li te sou poiuvwa a, li te fe menm jan avek Proper Avril, li te vann kay sa a epi lite touche tout kob li lajan kontan.

    Lame dAyiti pa genyen pou mande pesonn pemisyon pou li retounen nan fonksyon li, ki se : Defann tout teritwa a alawonn bade.Dessalines pa t mande ni Napoleon, ni Rochambeau pemisyon pou li te oganize lame endijen ki te kale bouda blan franse pou nou te kapab genyen endepandans.

    Aristide avek tout lide politik yo derespekte fondate nasyon an yo.Jodi a, pep la we byen kle, ki moun ke Francois Duvalier te rele ” Apatrid, Kamoken yo”. Nou we yo, Nou dekouvri yo. N ap mache pran yo anvan lontan.