Me Carlos Hercule: un Bâtonnier modèle

December 30, 2012
By `
Me Carlos Hercule, comme un juriste moderne et dynamique, s’est inscrit sans conteste parmi les hommes de la basoche dont le travail a marqué l’année 2012. Que ce soit comme Bâtonnier du barreau de Port-au-Prince, comme président de la Fédération des Barreaux d’Haïti (FBH) ou comme simple avocat, Me Hercule a pu se distinguer par la sagesse de ses interventions et le dynamisme de ses actions
28/12/2012

Me Carlos Hercule, comme un juriste moderne et dynamique, s’est inscrit sans conteste parmi les hommes de la basoche dont le travail a marqué l’année 2012. Que ce soit comme Bâtonnier du barreau de Port-au-Prince, comme président de la Fédération des Barreaux d’Haïti (FBH) ou comme simple avocat, Me Hercule a pu se distinguer par la sagesse de ses interventions et le dynamisme de ses actions.

Avant de prendre les rênes du Conseil de l’Ordre des avocats de la capitale d’Haïti, Me Carlos Hercule s’est laissé pétri par une longue expérience au sein de ce Conseil. Tout jeune avocat en 2002, il était déjà appelé pour être membre du Conseil de l’Ordre dont il allait devenir le Bâtonnier. Il a dû sagement refuser cette offre parce que le décret qui organise encore la profession ne permet pas qu’un avocat devienne membre du Conseil de l’Ordre moins que cinq ans après sa prestation de serment. En 2002, Me Hercule avait seulement quatre ans d’expérience au sein de ce Barreau qu’il a intégré en 1998 après avoir bouclé deux années de stage.

Il a dû attendre les prochaines élections du Barreau organisées en 2004 pour devenir Secrétaire de l’Ordre sous l’obédience du Bâtonnier Gervais Charles. Ainsi de 2004 à 2006, Me Hercule a fait ses premières armes au sein de l’administration du Barreau. Il y a pris goût et a été reconduit même après la fin du premier mandat de Me Gervais Charles. Un Conseil intérimaire dirigé par le respectable Me Gérard Gourgues a été formé en octobre 2006 en attendant la tenue de nouvelles élections. En juin 2007, les élections organisées par ce Conseil intérimaire installent un nouveau Conseil de l’Ordre au sein duquel Me Carlos Hercule est reconduit comme secrétaire de l’Ordre. Au bout d’un autre mandat de deux ans, soit en 2009, de nouvelles élections ont permis à Me Hercule de devenir cette fois, conseiller de l’Ordre.

Un écolier très tôt engagé

Le parcours de Me Carlos Hercule montre que son éclat et le succès de ses entreprises ne sont guère le fruit du hasard. Déjà en philo, sous le règne du président Henry Namphy, il se retrouvait parmi les ténors d’une très célèbre association d’élèves de philo qui refusaient de participer aux examens d’Etat comme pour protester contre le mode de gestion du pays. Ces jeunes ont accepté de perdre une année d’étude pour signifier leur distance par rapport au gouvernement d’alors. Me Hercule se souvient fièrement de cette époque mais regrette que certains jeunes pourtant très zélés au sein de l’association aient finalement accepté de participer à la cloche de bois à ces examens. Le jeune Carlos n’a pas reculé, malgré l’opposition de ses parents et des autres professeurs de son école, l’institution mixte Gérard Gourgues.

Avant d’intégrer l’institution mixte Gérard Gourgues où il a fait la rétho et sa première année de philo, Carlos Hercule s’est distingué chez les Frères Adrien, de la classe préscolaire à la seconde. Après avoir raté volontairement sa première année de philo, il s’est inscrit au collège Blaise Pascal et a finalement participé aux examens du baccalauréat de l’année suivante, quand Henry Namphy n’était plus à la tête du pays. Immédiatement après la philo, il est appelé par son ancienne école, les Frères Adrien, pour être professeur d’Histoire d’Haïti en 6e et 5e secondaire. Il était une tradition pour cette école d’honorer ses anciens élèves les plus performants en leur permettant de mettre leur aptitude au service des plus petits.

Carlos Hercule n’a pas étudié le Droit immédiatement après la philo, il a d’abord intégré la faculté d’Ethnologie au département d’anthropo-sociologie. Mais des mouvements organisés par la Fédération nationale des étudiants haïtiens (FENEH) allaient interrompre les activités de ladite faculté. Carlos a laissé la faculté d’Ethnologie mais a continué à être un cadre de la mairie de Delmas aux côtés du maire d’alors, Anderson Morissaint. Aux élections de 1990, il avait à peine 26 ans quand il se plaçait parmi les candidats d’un cartel dirigé par Louis Ernest Ménard pour diriger la mairie de Delmas.

Même si ce cartel n’a pas pu avoir gain de cause, Carlos Hercule a tiré bien des leçons de cette première expérience dans les activités politiques de son pays.

Un plaideur remarquable

C’est seulement en 1991, qu’il s’est décidé à faire des études en sciences juridiques. Il a donc passé quatre ans à la faculté de Droit des Gonaïves. Quand il bouclait ses études en Droit en décembre 1995, son mémoire de sortie était déjà prêt avant même les derniers examens de la quatrième année. Sous la direction d’un professeur qu’il dit respecter aujourd’hui encore, Me Henry Marge Dorléan, Carlos Hercule a brillamment soutenu son mémoire sur « l’enfant adultérin dans la législation haïtienne ».

Sa licence obtenue, il intègre le Barreau de Port-au-Prince et participe à un programme d’assistance légale dirigé par l’Académie de Formation et de perfectionnement des cadres (AFPEC) de son valeureux professeur Henry Marge Dorléan. Grâce à ce programme, il a pu plaider régulièrement, au correctionnel comme aux assises criminelles. Il a ainsi maitrisé les méandres de la procédure et les aléas du débat contradictoire. De concert avec son inséparable ami et confrère, Me Patrick Laurent, il a participé à plusieurs procès dont celui du massacre de Carrefour-Feuilles classé parmi les plus grands procès pénaux haïtiens des temps modernes.

Grâce aux interventions remarquables des jeunes et valeureux avocats de la défense tels Me Danton Léger, Me Francisco René, Me Patrick Laurent et Me Carlos Hercule plusieurs des accusés ont été acquittés. On se souviendra facilement de l’ancien commissaire de police, Coltz Rameau acquitté à l’issue de ce procès ayant duré 22 jours.

L’affaire concernant l’assassinat de l’ancien ministre de la justice Guy Malary a aussi été pour Me Hercule une occasion d’affirmer son intelligence et son tact. Il a valablement défendu Robert Lecorp dit Bob Lecorp dont le défenseur venait de décliner à la dernière minute. Il a aussi plaidé la cause d’un autre accusé dans le cadre de cette affaire, Jean Ronique Antoine alias Gwo folio qui avait reçu le concours du programme d’assistance légale. Me Hercule a ainsi pris pied dans le monde de la basoche tout en suivant les traces de ses ainés au cabinet dont il faisait partie, tels le feu Me Josué Pierre, ancien juge à la Cour de Cassation et son mentor de toujours Me Dorléan.

Un Bâtonnier moderne et proactif

Le cheminement exemplaire de ce juriste lui a valu un respect généralisé parmi ses confrères. En 2011, à la fin du tout dernier mandat de Me Gervais Charles au Barreau de Port-au-Prince, Me Carlos Hercule jusqu’ici secrétaire de l’Ordre a choisi de se porter candidat au bâtonnat. « Il m’a été particulièrement difficile d’affronter à ces élections un grand ami à moi, quelqu’un avec qui j’ai fait mes premiers pas dans la basoche. Il s’agit de Me Patrick Laurent », confesse Carlos Hercule qui se dit fier de la sérénité qui a caractérisé ses élections au sein du Barreau. C’est selon lui les premières élections réellement modernes et démocratiques organisées au sein du Barreau de Port-au-Prince.

Arrivée à la tête du barreau de la Capitale depuis seulement un an, Me Hercule se réjouit d’avoir déjà réalisé l’un de ses plus grands rêves: l’admission à l’école du Barreau des licenciés en Droit et non des avocats stagiaires. Désormais les licenciés en Droit peuvent recevoir une formation de six mois avant de prêter serment comme avocat stagiaire. « D’habitude quand les jeunes sont avocats stagiaires, ils négligent les cours de l’école du Barreau, ils sont plutôt intéressés à plaider dans les tribunaux », explique Me Hercule, satisfait d’avoir redynamisé cette école du Barreau qui permet aux jeunes juristes de bien faire leur entrée dans l’exercice de la profession d’avocat.

Pour boucler l’année 2012 et rehausser la première année de son mandat, Me Hercule a tenu une cérémonie qui n’a pas lieu depuis 85 ans au Barreau. 17 avocats ayant plus de 50 ans de profession ont reçu les honneurs du jubilé lors d’une cérémonie solennelle tenue en décembre 2012. Dans son discours de circonstance comme dans ses interventions dans la presse, Me Hercule a honoré le travail de ces hommes en noir qui ont consacré une bonne partie de leur vie à défendre la cause de la veuve et de l’orphelin. On espère que Me Carlos Hercule, blanchi sur le harnet, recevra lui-même un jour les honneurs du jubilé. Mais déjà aujourd’hui, il mérite pour l’année 2012 : les honneurs d’un Bâtonnier modèle.

Eddy Laguerre
Laguerreeddy@gmail.com

One Response to “ Me Carlos Hercule: un Bâtonnier modèle ”

  1. Barreau Port au Prince on January 2, 2013 at

    Belles figures 2012 Journal le Matin.