L’Evangile des PetroChallengers

Par Yves Germain Joseph

J’ai reçu ce matin ces deux images préparées et distribuées à la dilig ence des PetroChallengers, sans doute. C’est le nouveau métier le plu s lucratif actuellement en Haïti. Ces images représentent deux projets réalisés avec les fonds PetroCaribe sur lesquelles on lit distinctement : « Marché de Fontamara et Route de Soisson-Frères, le coût des pro jets, total des décaissements, pourcentages d’avancement, les noms d es firmes d’exécution et de supervision ainsi que les noms des ministr es responsables ». Responsable de quoi ou en quoi? A bien compren dre ils faisaient référence aux différents intervenants de l’administratio n sur les chantiers. Si l’on capte bien, pour ces gens, un ministre qu i n’intervient pas sur des projets publics engagés, même pour défendr e les intérêts de l’Etat et de la société, parfois menacés, serait plus méritoire, à leurs yeux que ceux qui réagissent lorsqu’ils sont requis dans le cadre de leurs fonctions. Ce concept est donc celui des petro challengers.

Les images n’ont certainement pas été divulguées avec les noms des ministres dans le but de les féliciter. Bien au contraire. Pourtant la ge

stion et le financement des deux projets diffèrent l’un de l’autre. Suiv ant l’Evangile des PetroChanllengers dès que l’on a touché au fond P etroCaribe on est coupable. Peut-être que même ceux qui ont acheté du pétrole vendu dans le cadre de cet accord sont aussi coupables. E t si c’était le cas…

Ceux qui ont conçu et diffusé ces images veulent suggérer que les fo nds PetroCaribe ont été dilapidés par les responsables nommément i ndiqués: ministres, directeurs généraux, directeurs administratifs. Auss i simple que cela. Drôlement, la règle change d’un projet à l’autre. On ne sait pas pourquoi dans certains cas ce sont les ministres, les d irecteurs généraux et les administrateurs qui sont responsables tandis que dans d’autres ce sont les ministres seulement. Légalement la règl e ne peut pas changer d’un projet à l’autre au sein d’une même entit é administrative. Pas plus que les contrôleurs financiers et les compta bles publics, postes nouvellement créés sous le Président Martelly pou r le contrôle et l’efficacité des dépenses publiques, qui ont le dernier mot en matière de vérification et de dépenses publiques, ne sont pas compris dans leur liste. Sans doute ils ne savent rien du fonctionne ment de l’Etat ou qu’on leur a confié une toute autre mission. Dès lo rs il n’est pas nécessaire de prendre en compte le fonctionnement de l’administration publique. Leur mission est une campagne payante de dénigrement politique. Dans la réalité ils ne savent même pas de qu oi ils parlent. Ils n’ont jamais rencontré les responsables d’aucune fir me pour s’enquérir de la situation. Ne serait-ce que pour avoir une i dée sur l’état d’avancement des travaux. Ce qui serait de l’honnêteté professionnelle. N’importe quelle firme étrangère spécialisée commenc erait par interroger les firmes de supervision qui sont les représentant es de l’Etat. Les spécialistes haïtiens aussi, bien sûr. L’ex Premier min istre lavalas avait commencé exactement ainsi. Dès que son équipe a senti que la découverte de la vérité ne servirait pas son projet polit ique, il a changé de stratégie. Il avait même suggéré à un journalist e de CNN de demander au Président de la République de l’aider à fai re le procès petrocaribe. Pendant ce temps, je ne sais pas combien il a encore en mains des fonds petrocaribe pour dédommager les prop

riétaires dont les terres ont été déclarées d’utilité publique au bas de la ville.

Il voulait plaire aux petrochallengers. J’espère que la Cour des Compt es établira les faits.

Le marché de Fontamara

Le contrat a été signé entre le ministère de la Planification et la firm e IBT, de nationalité dominicaine, chargée de la construction du marc hé. La Supervision a été assurée par CSA Central, une firme américai ne. A la dernière visite que j’ai rendue fin janvier 2016, les travaux al laient bon train. Après le départ du président Martelly, les chantiers s e sont arrêtés. Il m’a été dit récemment, quand j’ai voulu me renseig ner sur le motif de l’arrêt des travaux que l’Etat haïtien doit à la firm e IBT environ DEUX MILLIONS DE DOLLARS US ($2,000,000.-). Diffici le à croire. Les sociétés ont arrêté de travailler pour dettes. C’est l’es sentiel. C’est ce que les petrochallengers qualifient de travaux abando nnés avec pour responsables des ministres, comme s’ils avaient volé. Avoir visité le ministère de la Planification, ils auraient obtenu les vra ies informations. Ce dont je suis sûr, quand ces travaux auront repris

ils vont coûter encore plus chers.

Question : est-ce que les PetroChallengers veulent reprocher aux mini stres le fait que les firmes ont arrêté de travailler à leur départ de l’a dministration ou parce qu’ils n’auraient pas dû leur payer pour les tr avaux réalisés ? A regarder ces images, on ne sait pas trop la signific ation de l’épithète “responsable” attachée aux noms des ministres.

Les travaux étaient déjà en cours quand je suis arrivé à la tête du m inistère de la Planification. Et un budget avait été alloué pour son av ancement. Je ne serais même pas capable de dire à quel moment ell e n’a pas été payée ni pourquoi. Je présume que le Trésor faisait fac e à des difficultés de trésorerie. Les Comptables sont à même de fou rnir ces explications. Pourquoi ne pas les avoir consultés? La seule ch ose que je sais c’est qu’il est impossible à quiconque d’avoir utilisé ce t argent à d’autres fins. Zéro chance. Je le dis pour les soupçonneux.

Je ne pense pas qu’une infraction soit imputable aux ministres du fai t que les travaux se sont arrêtés après leur départ.

Route Soisson-Frères

Les PetroChallengers affichent un décaissement de Vingt-et-un million s soixante-quinze mille dollars sur Vingt-deux millions six cent-quatre- vingt quatorze contre

9 km de réalisation sur 18.2 à réaliser. Je ne sais pas pourquoi cette compagnie refuse de poursuivre la construction de cette route. En to ut cas ils se sont arrêtés. Pourquoi, à ce stade, les PetroChallengers r efusent de nous dire s’ils ont eu un entretien payant avec les respons ables de la société GTC dont ils connaissent les noms des propriétaire s, leurs accointances politiques et l’explication fournie par les respons ables sur leur refus de poursuivre, en dépit de cette forte somme em pochée.

Chose curieuse, les PetroChallengers ont volontairement omis de men tionner qu’en 2016, c’est-à-dire après mon départ, GTC a reçu DEUX MILLIONS DE DOLLARS de plus de l’Etat Haïtien dans le cadre de ce dit contrat. Malgré tout, les travaux sont restés au même point. Que s’est-il passé ? Pourquoi cette omission grossière? Parce que les petro challengers n’enquêtent pas sur la période d’avant et d’après Martelly ? Ils n’ont jamais évoqué l’assassinat du président de la Commission nationale des marchés publics (CNMP), l’Ing. Robert Marcello. De telle s questions ne les intéressent pas. Moi, si j’avais pressenti et annonc é une perte de 3.8 milliards de dollars et que, suivant un rapport offi ciel ( celui de la Cour des Comptes) on constaterait que le montant a lloué aux projets représente 1.6 milliard et non 3.8 milliards, j’arrêter ais de parler jusqu’à ce que tous les éléments soient disponibles. Je présenterais même des excuses. J’agirais vite de crainte d’être décons idéré par mon entourage.

Bien malheureusement ces gens se croient tout permis. Ils publient le s noms des gens mais ne se montrent pas. Ils s’agitent dans l’anony mat. Aucune démonstration de cette perte substantielle de 3.8 milliar ds de dollars qu’ils ont répandus à travers le monde en citant les no

ms de tous ceux que leurs patrons leur ont demandé de citer, n’a ét é faite. Jouissant d’une impunité complète et cherchent à ternir l’imag e des autres pour des fautes qu’ils n’ont pas commises parce que tou t simplement ils ont signé un contrat pour mentir à la population. S’i ls étaient au moins suffisamment conséquents pour révéler leurs vraie s identités! Non ils nagent dans l’anonymat avec un seul refrain: KOT

KÒB PETROKARIBE A.

Ce n’est que ça l’Evangile des PetroChallengers: le mensonge. Plus il est gros plus il est cru. 1.6 milliard était trop proche de la vérité, ils l es ont grossis à 3.8 milliards. Pourtant jusqu’à présent ils n’ont pas r endu publics les noms des firmes d’exécution et de supervision qui o nt englouti des millions. Ils ont peut-être peur de citer les noms des 120 firmes qui ont exécuté et supervisé les projets dits petrocaribe. L es PetroChallengers ne sont pas intéressés non plus parce que les ro utes par lesquelles ils passent lors des manifestations ne sont que cel les à financement petrocaribe. Et ça ils le savent mais pensent qu’ils sont les seuls à le savoir et que les autres ne le savent pas.

Yves Germain Joseph

Share:

Author: `

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *