Le ministre de la Justice répond à l’ANMH-Added COMMENTARY By Haitian-Truth

February 16, 2013
By `
Le Nouvelliste | Publié le : 2013-02-15
Robenson Geffrard
Le communiqué sur les sanctions pénales liées à la diffamation publié par le ministère de la Justice, dimanche dernier, continue de faire des vagues. L’ANMH l’a vivement dénoncé et voit en cette sortie une tentative de restreindre la liberté de la presse. Le ministre de la Justice, Me Jean Renel Sanon, pour s’expliquer, a indiqué que le communiqué revêt un aspect général et qu’il s’agit d’un rappel.
Lilianne Pierre-Paul, présidente de l'ANMH et l'une des responsables de Radio Kiskeya
Lilianne Pierre-Paul, présidente de l’ANMH et l’une des responsables de Radio Kiskeya
« Il n’y a pas de velléité à attaquer la presse, a déclaré le ministre de la Justice. Les travailleurs de la presse sont des partenaires obligés que l’on respecte. La liberté de la presse est un acquis démocratique, a soutenu Me Jean Renel Sanon, vendredi sur Radio Magik 9. Selon lui, dans un Etat responsable, il n’est pas normal qu’une radio accepte de donner la parole à quelqu’un pour faire des déclarations diffamatoires, des menaces et des incitations à la violence. Pour Me Sanon, le communiqué dénoncé par l’Association nationale des médias haïtiens (ANMH) n’a rien de nouveau. « C’est une note de rappel, a-t-il dit. Ce sont des dispositions qui existaient déjà dans le code pénal. Ce rappel est un fait normal. Je ne vois pas pourquoi il y a eu tant d’agitation. J’appelle tout le monde au calme. Peut-être que la note n’a pas été lue de la même façon que moi. Ce qui est important, le chauffeur ne peut demander d’éliminer les contraventions, il ne doit pas les commettre tout simplement. » Le ministre a estimé que la réaction de la l’ANMH s’inscrit dans le cadre de la démocratie et de la liberté de pensée. « Moi comme responsable, je fais mon devoir. Je pense que je dois attirer l’attention sur des comportements délictuels », a-t-il avancé. Des explications qui ne convainquent pas Lilianne Pierre-Paul, présidente de l’ANMH et l’une des responsables de Radio Kiskeya qui était la principale invitée de Radio Magik 9 vendredi matin. La présentatrice vedette du « jounal 4è » a indiqué pour le ministre que c’est faux de dire que les micros des médias sont ouverts aux gens qui profèrent des menaces ou qui lancent des appels à la sédition. Cependant, elle n’a pas nié que cela peut arriver dans des émissions à ligne ouverte, « mais le journaliste, toujours il rappelle l’auditeur à l’ordre. » La journaliste chevronnée a rappelé que les articles évoqués dans le communiqué du ministère de la Justice sont totalement obsolètes. « Et, Me Sanon est un avocat, il le sait très bien, a-t-elle souligné. Si à la suite d’une déclaration à la radio une personne se sent lésée parce que son nom a été cité, elle peut solliciter le droit de réponse ou recourir aux dispositions de l’article 28. 3 de la Constitution de 1987 qui traitent des délits de presse… » Le communiqué du ministre de la Justice est une tentative d’intimidation, a soutenu Lilianne Pierre-Paul. Parlant cette fois en son nom personnel, la journaliste dit voir dans ce message une façon de dissuader les médias d’accorder la parole à des formations musicales qui ont été écartées du carnaval à cause de leurs meringues hostiles au gouvernement. Cette démarche pouvait être élargie à tout autre citoyen qui n’est pas d’accord avec le pouvoir, a-t-elle prédit. « C’était une mesure, a-t-elle estimé, préventive du gouvernement pour empêcher les médias d’accorder la parole à des gens qui se positionnent contre le pouvoir. Monsieur le ministre, avec tout le respect que j’ai pour vous, je refuse de croire que ce communiqué était fait pour de simples citoyens. » La note a un aspect général, a rétorqué le ministre Sanon. Il ne visait pas quelqu’un en particulier, a-t-il dit. « Pour la bonne santé de la démocratie, il n’est pas normal que quelqu’un utilise la radio pour faire des déclarations infondées, qui portent atteinte à la renommée des gens sans preuves…», a soutenu le ministre de la Justice, prévenant que quelqu’un doit payer le prix de son forfait. Dans le communiqué, on peut lire ce qui suit : « le ministère de la Justice et de la Sécurité publique, dans le souci de préserver les acquis de l’Etat de droit, se fait le devoir de rappeler à tout un chacun que la législation pénale haïtienne punit sévèrement la diffamation, les menaces et les incitations à la violence. Ainsi les auteurs tant matériels qu’intellectuels de tels actes répréhensibles tomberont-ils sous le coup des dispositions des articles 64, 313 et 321 du Code pénal haïtien ainsi que les articles 18, 22 et 23 du décret du 31 juillet 1986 sur la presse et la répression des délits de presse. » L’Association nationale des médias haïtiens (ANMH) proteste énergiquement contre ce communiqué « musclé du ministre de la Justice, Me Jean Renel Sanon, qui a menacé de manière à peine voilée d’imposer des restrictions à l’exercice de la liberté de la presse en Haïti. Dans une claire tentative d’intimidation des professionnels des médias, le ministre assimile toute diffusion d’information non conforme aux vues de l’exécutif à de la diffamation ou de l’incitation à la violence », selon un extrait de la note de protestation de l’ANMH.
Robenson Geffrard
___________________________________________________________

COMMENT:HAITIAN-TRUTH.ORG

Someone must use the sanctions of the Code Penal to stop the criminal comments so commonplace on Haitian media outlets.

Common practice, of the Haitian radio commentators  equates to a situation in which “Someone shouts FIRE!!! In a crowded theater…”  During the Carnival, a commentator on 104.9 interviewed Senator Moise Jean-Charles. The Senator said that Roro Nelson, and a member of senator Youri Latortue’s security, had killed a person, in front of President Martelly’s stand, at the Carnival, and injured many others with gunfire.

No one was killed.

No one was injured.

And 104.9 knew this but acts as a weapon for Moise Jean-Charles.. And then the commentator from 104.9 claims that he was assaulted by Martelly’s security. Come on guys! Let’s get real.

And Liliane is a record holder for criminal outbursts on her radio programs.

Roro Nelse was accused of a crime in Jacmel, when he wasn’t even in Jacmel!!!

Each station is required to keep tape recordings of their broadcasts. Martelly should create an office, within a ministry, to review complaints and prosecute whenever someone like Liliane crosses the line – which is often.

And, as a matter of interest, Senator Moise Jean-Charles was committing a crime, as he spoke to the 104.9 team. The constitution allows for the arrest – without immunity – of a Senator or Deputy caught in the act. Moise Jean-Charles should be arrested next time he opens his mouth to speak lies, which seems to be, every time he opens his mount.

As we have said, it isn’t a case of Freedom of the Press. Instead, it should be a case for Responsibility of the Press.

Unless someone really puts teeth in the laws we have, there is no hope.

As a Post Script: Have you ever seen anyone more ugly than Liliane??

2 Responses to “ Le ministre de la Justice répond à l’ANMH-Added COMMENTARY By Haitian-Truth ”

  1. Jean Dodin on February 16, 2013 at

    Boucoup de ces journaliste ont beneficie des largesses du regime corrupteur & chimerique de Pere Lebrun. Alors, ils ne sont pas vraiement objectives. Ils preparent l’apres Martelly.

    Jean Dominique a connu l’exil sous Duvalier, ca enrage tout le monde.
    Il a ete zigouller par son bon ami, PereLebrun; et personne n’en parle, meme pas ses ancients collegues, meme pas sa femme.

    L’argent, a la on bon malediction.

  2. Jack Peters on February 17, 2013 at

    Yes, Jean Dominique was killed on Aristide’s orders and Dominiques good friend, Rene Preval did nothing to stop it. He did ask Dominique’s wife, and his mistress, to stay home that morning since he had something to tell her. And so, Jean Dominique drove off to his death, while his wife. Michele Montas, stayed safe at home.

    Her children know of this act and still don’t speak to her.

    A real investigation will see both Aristide and Preval convicted. Unfortunately, in Haiti, nothing like this is possible.

    Impunity rules the game, coupled to $$$