La folie d’André Michel et de Moise Jean Charles dans le contexte de la démocratie haïtienne en construction

October 26, 2017
By `

L’histoire de l’humanité regorge de fous qui sont parvenus à la direction suprême de l’État.

Rois, Princes, Empereurs ou Présidents, ils ont disséminé sur leurs passages des milliers et des millions de morts, victimes innocentes de la démence chimérique. Tel fut le cas du Prêtre Jean Bertrand Aristide dont la gouvernance s’est signalée par de continuelles et aveugles répressions de citoyens opposés au règne sanglant de Père Lebrun.

images

Les années ont passé, la démocratie poursuit sa marche, mais la chimère est encore belle et bien vivante. La folie hante les avenues de la démocratie haïtienne. André Michel et Moise Jean Charles, deux représentants et leaders de l’Opposition ont pris le relais de Jean Bertrand Aristide, illustrant par ainsi la place de la folie dans la Politique.

Fous et déments, André Michel et Moise Jean Charles le sont certainement. Le psychiàtre le moins averti serait frappé par l’agressivité qui caractérise leurs verbes et actes. Elle se traduit dans les deux cas par un flux constant, saccadé et inépuisable de paroles dirigé contre les dirigeants élus de la République et contre toutes les composantes de la nation attachées au régime démocratique. En priorité, l’agressivité maladive, expression de la démence mentale, cible les secteurs productifs de la bourgeoisie, des classes moyennes et des services privés et publics.  Aussi,c’est sans étonnement que l’on voit Maitre André Michel et le Sénateur Moise Jean Charles déclarer la guerre aux résidents de Tabare, de Delmas et de Pétion-Ville, centres des milieux commerciaux où évoluent petits, moyens et grands hommes d’affaire.

IMG_256

Tout leur est bon pour alimenter la sédition et le désordre social: Vote du Budget, rapport Petro-Caribe, ouverture des classes, demande d’augmentation salariale, mise en place du CEP Permanent, etc. Allumer des incendies dans la cité, mettre face-à-face des citoyens d’une même nation, les pousser  à la guerre civile, ce sont là les objectifs recherchés par les deux Leaders de l’Opposition Moise Jean Charles et André Michel.

IMG_256

Pol pot

Pas tout à fait fou, diriez-vous, puisqu’ils savent entretenir la haine sociale et spéculer sur les précarités économiques. Mais il n’a jamais été dit que les fous étaient dépourvus de rationalité, en particulier les déments qui s’agitent très souvent dans l’arène politique. Caligula, Néron, Hitler et Pol pot sont en bonne place dans la galerie des fous qui ont gravi les échelons du pouvoir en mettant à profit les lacunes et déficiences conjoncturelles et structurelles de leur société respective.

Pour avoir exploité les faiblesses, les erreurs, les dérives postérieures à la chute de la dictature Duvaliériste,le prêtre Jean Bertrand Aristide est parvenu au pouvoir, prolongeant les crimes et perversités de la dictature, les élevant au niveau de la tyrannie la plus sanguinaire connue dans l’histoire d’Haïti.

Les deux leaders de l’Opposition André Michel et Moise Jean Charles s’inscrivent dans cette lignés de déments, déterminés à mettre à feu et à sang les villes et campagnes d’Haïti afin de bâtir la nouvelle République conçue dans leurs rêves et insomnies d’esprits et d’êtres dérangés.

S JACKET

Les fous et les déments, c’est connu, vont dans les asiles. Tout au moins, ils se font soigner par des psychologues, des psychiatres. Il s’agit de personnes communes. Dans le cas de déments politiques, la chose n’est pas aussi simple quand on a l’entendement fermé ou déraillé, qu’on se refuse même à respecter les droits légitimes des uns et des autres,Alors, les pouvoirs publics es retouvent en situation fort délicate. Certains déments dévoués à la politique maitrisent à la perfection les techniques de la provocation. Ils provoquent les forces de l’ordre à dessein, cherchant à se faire emprisonner, une façon de se faire un capitale politique.

André Michel et Moise Jean Charles ont exploré cette voie royale de la provocation, sans rien gagner de positif, sinon confortés dans l’opinion publique nationale et internationale leur légende de déments tropicaux. Le problème de ces tristes leaders, c’est qu’ils n’ont pas compris que la démocratie haïtienne, en butte à toutes les difficultés, est cependant en cours de la réalisation. Dans la démocratie hattienne en construction,les fous et les déments comptent au nombre des manifestants de rue. On les retrouve parfois à la tête des manifestations. La loi les tolèrent et les protègent au même titre que les citoyens dotés de raison et respectueux de leur devoir constitutionnel.

Les temps nouveaux de la construction de l’État de Droit sont à l’heure d’Haïti. André Michel et Moise Jean Charles ont le choix entre le valium démocratique et l’asile psychiatrique.Personne  ne les y forcera.Ni ne cédera à leurs provocations. La démocratie a ses raisons que la folie ignore.

IMG_256

Comments are closed.