A la recherche d’une majorité de passage

Le Nouvelliste:Le Premier ministre désigné, Bernard H. Gousse, est attendu mardi prochain au Sénat de la République en vue de faire le dépôt de ses pièces. Me Gousse cherche entre-temps à dégager une majorité au Parlement où il n’est pas le bienvenu.

Haïti: C’est le président du bureau du Sénat, Rodolphe Joazile, qui a annoncé le dépôt des pièces du Premier ministre désigné pour mardi prochain. « On a écrit au Premier ministre désigné pour lui demander de venir faire le dépôt de ses pièces », a précisé le sénateur. Les parlementaires étaient prêts à recevoir M. Gousse dès vendredi, mais l’intéressé a préféré se présenter mardi prochain.

Le Sénat de la République semble vouloir aller vite sans perdre de temps avec le processus de ratification du choix de Bernard H. Gousse qui est très contesté par les parlementaires de INITE et leurs alliés. Hier mercredi, le jour même de la désignation officielle de Bernard Gousse au poste de Premier ministre par le président Michel Martelly, le Sénat a décidé de créer une commission spéciale pour étudier ses pièces. La commission de neuf membres est composée des sénateurs Jean William Jeanty (président), Lucas Sainvil (secrétaire-rapporteur), Jean- Baptiste Bien-Aimé, Edo Zenny, Yvon Bussereth, Nènèl Cassy, Jean Willy Jean-Baptiste, Wenceslas Lambert et Francisco Delacruz, (membres).

Avant même que Me Bernard Gousse effectue le dépôt de ses pièces au Parlement, les têtes de pont du Groupe Parlementaire pour le Renouveau (GPR), le groupe majoritaire dans les deux Chambres, affichent leur volonté de ne pas ratifier son choix. Présenté comme un homme de caractère certains disent autoritaire, M. Gousse va tenter de réussir là où Daniel Gérard Rouzier avait échoué.

A la recherche d’une majorité

Me Bernard H. Gousse, 52 ans, joint au téléphone par le Miami Herald, n’a pas souhaité “spéculer” sur ses chances d’être ratifié comme Premier ministre, après sa désignation officielle par le président de la République, Michel Joseph Martelly.

” La procédure vient à peine de commencer”, a confié l’avocat à la journaliste Jacqueline Charles. “Nous devons attendre le vote final, mais je vais travailler et rencontrer chaque groupe politique. C’est un régime parlementaire, donc nous allons devoir négocier “, a-t-il assuré alors que son passage – au bilan mitigé – comme ministre de la justice, vient le hanter.

“Tout un chacun, y compris ses supporteurs du secteurs privé, a concédé que Gousse a complètement échoué sur les deux fronts: la sécurité et la justice”, a écrit le Miami Herald, citant un câble diplomatique de l’ex-ambassadeur américain à Port-au-Prince, James Foley, daté du 3 juin 2005.

“J’ai peur pour Haïti”, a confié Réginald Dumas, ex-ambassadeur deTrinidad, observateur d’Haïti, arguant que durant le gouvernement de transition, dirigé par Gérard Latortue la répution de Gousse était mauvaise.

En 2004, Gousse avait terriblement endommagé l’image d’Haïti. “C’est quelqu’un de l’extrême droite, qui divise et pourrait causer de sérieux problèmes “, a ajouté Dumas, toujours selon le Miami Herald.

L’arrestation et l’incarcération de quelques têtes de pont du régime lavalas, dont l’ex-Premier ministre Yvon Neptune, le père Gérard Jean-Juste, Jocelerme Privert, ex-ministre de l’Intérieuir aujourd’hui sénateur…, ont été attribuées à Me Gousse, alors en poste au ministère de la Justice.

Au terme de pressions de certains secteurs de la communauté internationale face à la détention prolongée de Yvon Neptune, Me Bernard H. Gousse avait remis sa démission.Cependant, du professionnel du droit passé aux affaires, certains retiennent la verticalité, l’intransigeance face à la corruption qui gangrène le système judiciare.

Les critiques contre Me Bernard H. Gousse ont été répandues bien avant sa désignation par le président Michel Joseph Martelly.

« Avant de me rendre en Espagne à la recherche d’investissements pour la création d’emplois dans le pays, peuple haïtien, je laisse Me Bernard Gousse, le nouveau Premier ministre désigné, entre vos mains. C’est un homme honnête, un rude travailleur, qui va nous aider à établir l’ordre et la discipline dans le pays afin d’atterrir avec le programme économique de Michel Martelly », avait martelé le président de la République.

« Je suis un président qui croit dans la démocratie, mais je suis un président qui ne va pas tolérer que la corruption fasse obstacle au changement », avait-il tempété, tout en demandant à la population d’être patiente et de lui faire confiance.

« La négociation ne signifie pas compromission ni marchandage», avait poursuivi le president Martelly, attaché à ses prérogatives constitutionnelles.

L’heure est venue où la politique et l’intérêt personnel ne doivent pas faire obstacle au développement du pays, avait plaidé le chef de l’Etat, qui a formulé le voeu que la majorité des parlementaires se rallient à sa cause et à celle de son Premier ministre désigné.

« Je devais faire une tournée en Europe, mais je pense que l’urgence de la situation exige que les yeux de la présidence et de tous ses conseillers soient rivés sur le terrain pour garantir la bonne marche des débats qui vont se dérouler”, avait indiqué Martelly avant de prendre l’avion.

Conseiller de Daniel Rouzier dont les rêves de devenir Premier ministre ont tourné court, Me Bernard H.Gousse affronte son destin. Avec ses convictions, ses livres, sa vision de la politique, tout en ayant un squelette dans le placard…
Roberson Alphonse
ralphonse@lenouvelliste.com

Jean Pharès Jérôme

Share:

Author: `

Copyright © 2019 HAITIAN-TRUTH.ORG Proud to be Haiti's most informative NEWS site